Images Aléatoires

  • hippocampe 19

Recommander

Dimanche 9 mars 2008 7 09 /03 /Mars /2008 00:47
Monstre marin gigantesque attaquant bateaux, marins voire sous-marins pour les emporter dans les eaux noires et profondes, créature repoussante avec tous ses longs bras serpentiformes visqueux garnis de ventouses, la pieuvre a mauvaise presse dans l’imagerie populaire. Rencontre familière pour le plongeur, le poulpe commun Octopus vulgaris est un animal remarquable.
C’est un mollusque céphalopode, ce qu’on pourrait traduire par animal au corps mou avec des pieds à la tête. Comme l’indique le préfixe du nom de genre, l’Octopus a 8 tentacules qui sont garnis de 2 rangées de ventouses. L’absence de squelette et sa très grande agilité lui permettent de se mettre dans des positions et situations à faire pâlir d’envie un contorsionniste.

undefined
Ses yeux sont très développés. Ils ont une relative homologie structurale avec les nôtres, ce qui donne au poulpe une très bonne vision (mais à courte distance). Quelle que soit sa position, on voit toujours que l’on est bien observé.

undefined
Le plus souvent dans une cavité, il construit un petit parement avec les cailloux et débris qu’il trouve à proximité immédiate. Pour le plongeur, un petit amoncellement qui ne paraît pas naturel autour d’un trou sous un rocher peut être un signe à chercher pour débusquer l’animal.

undefined undefined
Il sera habituellement plus actif, donc à l’extérieur de sa cache, la nuit pour chasser des crustacés ou des petits poissons.

undefined
Son aptitude au mimétisme est remarquable. Il peut changer de teinte générale pour se fondre dans son environnement et même accentuer le relief des excroissances de son enveloppe pour améliorer le camouflage.

undefined undefined
Mais lorsque la technique ne suffit pas, il montre qu’il se sent menacé : un virement au blanc traduit la réaction de mécontentement ou de crainte. Soyez attentifs, si vous ne voulez pas ennuyer l’animal ou l’effrayer et pouvoir l’observer tranquillement, observez son comportement bien sûr, mais aussi sa couleur. Sinon, il fuira, éventuellement en projetant de l’encre. Ci-dessous, un poulpe croisé en passant juste derrière une palanquée au cap Gros : il vient de fuir et s’est posé momentanément sur la roche mais n’a pas encore modifié sa teinte.

undefined
La locomotion est plutôt assurée par les bras mais en cas de fuite justement, il peut nager en se propulsant par réaction en expulsant de l’eau par le siphon. Au repos, on voit le mouvement d’ouverture et de fermeture de ce siphon permettant la circulation d’eau dans la poche où se trouvent les branchies. (ouvert, fermé)

undefined undefined

 
C’est un animal à la fois curieux et craintif qui peut délicatement avancer un tentacule pour tâter un objet qui l’intrigue, comme les doigts du plongeur qui gratouille devant le trou, où loge le poulpe, dans l’espoir de l’en faire sortir (et qui pense « petit petit, viens voir par ici » mais qui ne peut pas le dire : merci le détendeur !). Il m’est arrivé une fois à la Moulade de voir un fin tentacule venir inspecter mon caisson étanche alors que je m’essayais à la macro sur la tête d’un petit poulpe. Le bras s’est promené sur le caisson en polymère pour finalement rentrer tranquillement dans la cavité. Dernières petits détails : c’est un prédateur très musclé qui a en bouche un efficace bec corné proche de celui d’un perroquet et qui possède une glande à venin plus ou moins toxique selon les espèces….
Par Homo palmus - Publié dans : billet faunistique
Ecrire un commentaire - Voir les 6 commentaires
Retour à l'accueil

Présentation

Syndication

  • Flux RSS des articles

Recherche

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés