Images Aléatoires

  • P1020274 les escoumins anemone rouge du nord

Recommander

épave

Lundi 22 juillet 2013 1 22 /07 /Juil /2013 06:23

 

Elles pourraient être comme leurs homologues tropicales ou de Méditerranée plus orientale, toujours éclatantes de couleurs dans un bleu limpide et lumineux. Ca serait trop facile.

Une fois de plus, l’épave refuse de s’exposer au grand jour. Les vieilles tôles catalanes sont caractérielles. Peu importe, nous entrons dans le jeu imposé. Ce matin-là, c’est l’Astrée qui reçoit notre visite.

 

Astree 070713 coursives

 

Dans ces conditions, les structures prennent des dimensions nouvelles en se fondant dans le brouillard, ne laissant que deviner ce qu’il y a plus loin.

 

Astree 070713 bossoir

 

L’attention se focalise naturellement sur des points précis dont la lumière du phare révèle les couleurs chaudes de la corrosion, de l’encroûtement, de la colonisation.

 

Astree 070713 treuil

 

Dans la salle des machines, l’obscurité est presque totale malgré les ouvertures percées dans le plafond et la large ouverture donnant sur l’arrière de l’épave.

 

Astree 070713 salle des machines

 

Depuis l’extérieur, le halo du phare se reflète sur les bulles coincées sous le plafond de la salle et formant un ciel étoilé dans cette ambiance crépusculaire.

 

Astree 070713 salle des machines 1

 

Les autres bulles, celles qui sont libres, prennent le chemin de la surface et nous accompagnent pendant notre lente remontée vers la lumière, les eaux plus bleues, plus claires et plus chaudes.

 

Astree 070713 palier

 

En dessous, l’Astrée, ombre enveloppée de son brouillard, disparaît rapidement. A bientôt…

Par Homo palmus - Publié dans : épave
Ecrire un commentaire - Voir les 6 commentaires
Lundi 15 juillet 2013 1 15 /07 /Juil /2013 06:37

 

Ce n'est pas encore les vacances, mais tout y ressemble. Le ciel est tout bleu. La mer est toute bleue. Mais il est tôt, très tôt pour un matin d’été. Et le matin, quand il est trop tôt, on peut avoir l’esprit un peu embrumé. Alors on se met à l’eau en se disant que ça va réveiller. On s’immerge et plus on descend, plus on s’enfonce dans la brume...

 

Alice Robert 060713 mat

 

L’azote, ça fatigue dès le matin, quand il est encore trop tôt ? Vue embuée de l’esprit embrumé ? Peut-être pas, car l’appareil, lui, ne triche pas. En plus, je l’ai réglé en mode « Fidèle », c’est pour dire…

Sur l’Alice Robert, la brume matinale ne s’est pas levée, s’insinuant entre les structures, enveloppant les canons d’un voile bleu-vert pour que les contours ressortent presque en ombres chinoises sur fond de pâle lumière laiteuse venant de la surface.

 

Alice Robert 060713 double canon 1

Alice Robert 060713 double canon

Les conditions ne sont pas idéales, mais j’espère que mes compagnons angevins auront apprécié la découverte de quelques éléments qu’ils n’avaient pas vus jusque-là. Une dernière image en forme de souvenir de cette plongée sur le Bananier :

 

Alice Robert 060713 canon de 105

Par Homo palmus - Publié dans : épave
Ecrire un commentaire - Voir les 6 commentaires
Mardi 4 juin 2013 2 04 /06 /Juin /2013 06:03

 

Episode 3 : bloom ?

 

En surface, la météo nous dit que l’hiver résiste : record de froid battu, grisaille, sérieux clapot. Dès les premiers mètres sous la surface, tout se calme et nous descendons dans le grand… Vert. Fini le bleu, parti le bleu des jours précédents ! L’eau est verte, chargée de particules microscopiques : est-ce le bloom printanier en retard ? En tout cas, tout est vert et sur le Saumur, c’est même plutôt vert foncé.

Le bout nous conduit sur le château. Un petit tour rapide, le temps de survoler la salle de bain, et nous gagnons la cassure.

 

Saumur 100513 chateau IMG 6261

Saumur 100513 chateau IMG 6264

Saumur 100513 chateau IMG 6270

Le pont avant, endommagé par le torpillage, avait une tendance à l’écroulement de la cale au bord de la large cassure. Cet hiver, c’est toute cette cale qui s’est aplatie sur elle-même en un mouvement comparable à celui du Saint Lucien, il y a déjà longtemps ou encore à celui amorcé sur l’Alice Robert. La position des taquets le long du bastingage donne une idée de l’événement.

 

Saumur 100513 pont avant IMG 6272

 

En survolant cette cale, on arrive en contrebas des treuils qui actionnaient les mâts de charge. L’effondrement s’arrête à cet endroit.

 

Saumur 100513 treuil IMG 6290

Saumur 100513 treuil IMG 6356

Sur le gaillard d’avant, rien n’a changé, heureusement. La mitrailleuse est sur sa tourelle.

 

Saumur 100513 mitrailleuse IMG 6295

Saumur 100513 mitrailleuse IMG 6309  

L’arme tourne encore sur son support, mais il faudrait que les plongeurs la bougent plus souvent car il me semble qu’elle coince un peu plus qu’avant.

 

Saumur 100513 mitrailleuse IMG 6313

 

Nous voici enfin à la proue. Le guindeau, les chaînes figées dans les écubiers, rien n’a changé.

 

Saumur 100513 treuil chaines IMG 6324

Saumur 100513 proue IMG 6318

Comme sur l’Alice Robert auparavant, l’ambiance est fantomatique. Mais ce matin, le canon posé sur la tourelle bâbord du gaillard d’avant disparaît presque totalement, beaucoup plus que le canon de 105 mm du Bananier la veille.

 

Saumur 100513 proue IMG 6328

 

Est-ce vraiment le printemps ? Est-ce vraiment le plancton qui s’est lancé dans une reproduction frénétique comme chaque année, mais avec un peu de retard ? En 3 jours, nous sommes passés du bleu d’une eau peu chargée au vert d’une eau teintée plus que chargée tant les corpuscules donnant cette impression sont fins.

Deux jours plus tard, en remontant du Saumur, on avait du mal à se voir au palier…

Par Homo palmus - Publié dans : épave
Ecrire un commentaire - Voir les 6 commentaires
Vendredi 31 mai 2013 5 31 /05 /Mai /2013 06:09

 

Episode 2 : transition

 

Nous le savons, les conditions sont très changeantes, parfois même au cours d’une plongée. Lorsque la visi est très bonne, l’envie d’y retourner est d’autant plus forte. Combien de fois avons-nous été déçus le lendemain en trouvant des conditions très dégradées ? Alors que nous nous mettons à l’eau, il est difficile de ne pas y penser. Le premier signe de changement en ce matin, c’est la couleur d’ambiance qui tire un peu sur le vert. Plus bas, au-dessus de l’épave, l’eau semble plus chargée que la veille. Mais la visi est tout de même très correcte pour faire une belle explo.

 

Alice Robert 090513 double canon IMG 6145

 

Un petit tour du canon à la cassure avant de remonter toute l’épave en direction de la proue.

 

Alice Robert 090513 canon arriere IMG 6235

Alice Robert 090513 canon arriere IMG 6251

Côté bâbord, la fracture de la coursive semble avoir été stoppée par le bossoir le plus vers l’avant.

 

Alice Robert 090513 bossoirs IMG 6167

Alice Robert 090513 flanc babord IMG 6171

Un petit crochet au-dessus du château pour bien voir l’état de la base de la cheminée.

 

Alice Robert 090513 cheminee IMG 6229

 

La tourelle bâbord marque la limite de l’effondrement.Une langouste se cache sur cette tourelle, tantôt contre le canon, cette fois contre le cerclage de la tourelle.

 

Alice Robert 090513 tourelle babord IMG 6218

 

En approchant du gaillard d’avant, les conditions semblent se dégrader un peu comme au niveau de la cassure : eau plus chargée, ambiance plus verte.

 

Alice Robert 090513 support 20 mm babord IMG 6180

 

L’ambiance face à l’étrave est fantomatique. Un léger brouillard enveloppe le canon de 105 mm tandis qu’un banc de poissons remonte au-dessus du gaillard d’avant.

 

Alice Robert 090513 proue IMG 6193

 

C’est à la fois un peu dommage de ne pas avoir eu une aussi belle visi que la veille et en même temps un autre plaisir de déambuler dans cette ambiance.

C’est peut-être le signe de l’arrivée du printemps. Le plancton décide que le moment est venu de profiter des nutriments, du soleil et il a peut-être le pressentiment que l’eau va se réchauffer. Nous sommes peut-être au frémissement de l’efflorescence saisonnière ?

Par Homo palmus - Publié dans : épave
Ecrire un commentaire - Voir les 7 commentaires
Lundi 27 mai 2013 1 27 /05 /Mai /2013 06:22

 

Episode 1 : l’hiver au printemps

 

L’hiver joue les prolongations. La température de l’eau est inférieure de 2°C à celle que nous devrions avoir en ce matin au-dessus de l’Alice Robert. La descente le long du bout de balisage se fait à travers une eau bleue sans thermocline. C’est l’avantage de la période hivernale durant laquelle les couches d’eau se mélangent. Ce matin-là, les bonnes conditions des 20 premiers mètres se poursuivent jusque sur l’épave. Nous nous trouvons donc dans des conditions idéales pour évaluer toutes les dégradations infligées à l’épave durant ce long hiver.

Comme l’an dernier, le bout conduit à côté de la tourelle portant le double canon de 37 mm.

 

Alice Robert double 37 mm IMG 6038

 

Ce secteur a été profondément modifié à la fin de l’hiver théorique (en mars). Les coursives de part et d’autre ont souffert. L’extrémité de la coursive bâbord s’est totalement effondrée tandis que celle de la coursive tribord est à un stade d’écroulement intermédiaire : séparée de la base de la tourelle, elle penche dangereusement sur tribord. Son effondrement complet ne tardera pas.

 

Alice Robert 080513 double 37 mm IMG 6011

Alice Robert 080513 ecroulement coursive tribord IMG 6034

Alice Robert 080513 arriere chateau IMG 6132

Comme les claires-voies entre la tourelle et l’atelier ont disparu depuis quelques années, le double canon se retrouve perché sur une tourelle surplombant la cuisine, le tout formant un monument érigé au-dessus du pont principal.

 

Alice Robert 080513 double 37 mm IMG 6031

 

Autour, d’autres dégâts sont observables. L’atelier est en mauvais état. Il penche sur bâbord.

 

Alice Robert 080513 citerne & double 37 mm IMG 6060

 

Le bossoir le plus sur l’arrière sur bâbord a été entraîné par le mouvement d’effondrement de l’épave sur elle-même. Il est donc à présent couché alors que son bossoir binôme est toujours en bonne position.

 

Alice Robert 080513 bossoir babord IMG 6053m

 

Du côté de la cassure, rien de flagrant. Le canon de 105 mm pointe toujours vers la surface et la cassure ne semble pas avoir subi de dégradation.

 

Alice Robert 080513 tournage 1 IMG 6016

Alice Robert 080513 canon de 105 arriere IMG 6008

Le château ressemble de plus en plus à un empilement de tôles. Le câble passant sur la base de la cheminée l’a sciée et il menace à présent les petites citernes ainsi qu’un support de mitrailleuse.

 

Alice Robert 080513 chateau IMG 6071

 

La tôle qui matérialisait l’angle bâbord depuis de nombreuses années est tombée.

 

Alice Robert 080513 chateau IMG 6117

Alice Robert 080513 chateau IMG 6086 ppt Alice Robert 080513 angle babord avant IMG 6125

Le mouvement d’effondrement selon l’axe du navire est bien visible. Celui-ci concerne également la cale entre le château et le mât. Le pont est tombé sur l’entrepont sur toute la largeur du navire.

 

Alice Robert 080513 cale et chateau IMG 6120

ppt Alice Robert 080513 cale avant tribord IMG 6115

Heureusement, le mouvement s’arrête, pour le moment, à la ligne constituée par les deux tourelles et le mât. Au-delà en direction de la proue, il n’y a pas de changements notables.

 

Alice Robert 080513 tourelle babord IMG 6080 Alice Robert 080513 tourelle babord IMG 6107

Alice Robert 080513 tourelle tribord IMG 6102 Alice Robert 080513 film et photo IMG 6095

Alice Robert 080513 proue IMG 6096

Une plongée est bien courte dans ces conditions. Rendez-vous est pris pour le lendemain.

Par Homo palmus - Publié dans : épave
Ecrire un commentaire - Voir les 8 commentaires

Présentation

Syndication

  • Flux RSS des articles

Recherche

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés