Images Aléatoires

Recommander

épave

Lundi 27 mai 2013 1 27 /05 /Mai /2013 06:22

 

Episode 1 : l’hiver au printemps

 

L’hiver joue les prolongations. La température de l’eau est inférieure de 2°C à celle que nous devrions avoir en ce matin au-dessus de l’Alice Robert. La descente le long du bout de balisage se fait à travers une eau bleue sans thermocline. C’est l’avantage de la période hivernale durant laquelle les couches d’eau se mélangent. Ce matin-là, les bonnes conditions des 20 premiers mètres se poursuivent jusque sur l’épave. Nous nous trouvons donc dans des conditions idéales pour évaluer toutes les dégradations infligées à l’épave durant ce long hiver.

Comme l’an dernier, le bout conduit à côté de la tourelle portant le double canon de 37 mm.

 

Alice Robert double 37 mm IMG 6038

 

Ce secteur a été profondément modifié à la fin de l’hiver théorique (en mars). Les coursives de part et d’autre ont souffert. L’extrémité de la coursive bâbord s’est totalement effondrée tandis que celle de la coursive tribord est à un stade d’écroulement intermédiaire : séparée de la base de la tourelle, elle penche dangereusement sur tribord. Son effondrement complet ne tardera pas.

 

Alice Robert 080513 double 37 mm IMG 6011

Alice Robert 080513 ecroulement coursive tribord IMG 6034

Alice Robert 080513 arriere chateau IMG 6132

Comme les claires-voies entre la tourelle et l’atelier ont disparu depuis quelques années, le double canon se retrouve perché sur une tourelle surplombant la cuisine, le tout formant un monument érigé au-dessus du pont principal.

 

Alice Robert 080513 double 37 mm IMG 6031

 

Autour, d’autres dégâts sont observables. L’atelier est en mauvais état. Il penche sur bâbord.

 

Alice Robert 080513 citerne & double 37 mm IMG 6060

 

Le bossoir le plus sur l’arrière sur bâbord a été entraîné par le mouvement d’effondrement de l’épave sur elle-même. Il est donc à présent couché alors que son bossoir binôme est toujours en bonne position.

 

Alice Robert 080513 bossoir babord IMG 6053m

 

Du côté de la cassure, rien de flagrant. Le canon de 105 mm pointe toujours vers la surface et la cassure ne semble pas avoir subi de dégradation.

 

Alice Robert 080513 tournage 1 IMG 6016

Alice Robert 080513 canon de 105 arriere IMG 6008

Le château ressemble de plus en plus à un empilement de tôles. Le câble passant sur la base de la cheminée l’a sciée et il menace à présent les petites citernes ainsi qu’un support de mitrailleuse.

 

Alice Robert 080513 chateau IMG 6071

 

La tôle qui matérialisait l’angle bâbord depuis de nombreuses années est tombée.

 

Alice Robert 080513 chateau IMG 6117

Alice Robert 080513 chateau IMG 6086 ppt Alice Robert 080513 angle babord avant IMG 6125

Le mouvement d’effondrement selon l’axe du navire est bien visible. Celui-ci concerne également la cale entre le château et le mât. Le pont est tombé sur l’entrepont sur toute la largeur du navire.

 

Alice Robert 080513 cale et chateau IMG 6120

ppt Alice Robert 080513 cale avant tribord IMG 6115

Heureusement, le mouvement s’arrête, pour le moment, à la ligne constituée par les deux tourelles et le mât. Au-delà en direction de la proue, il n’y a pas de changements notables.

 

Alice Robert 080513 tourelle babord IMG 6080 Alice Robert 080513 tourelle babord IMG 6107

Alice Robert 080513 tourelle tribord IMG 6102 Alice Robert 080513 film et photo IMG 6095

Alice Robert 080513 proue IMG 6096

Une plongée est bien courte dans ces conditions. Rendez-vous est pris pour le lendemain.

Par Homo palmus - Publié dans : épave
Ecrire un commentaire - Voir les 8 commentaires
Lundi 13 mai 2013 1 13 /05 /Mai /2013 06:50

Les conditions sont pires que la veille. Nous apprendrons plus tard que ce matin, un record de froid a été battu. Le ciel est très nuageux, très sombre et il pleut. Le vent qui aurait dû tomber souffle encore et la mer est à peine plus calme que la veille. Sous la surface, la faible lumière pénètre peu. En bas, sur l’Astrée, on se croirait au crépuscule : bonne visi, mais très peu de luminosité.

 

Astree angle coursive tribord 280413 IMG 5752

 

C’est un peu dommage pour la vue d’ensemble. L’ambiance est néanmoins agréable, d’autant plus que nous sommes peu nombreux.

 

Astree coursive babord 280413 IMG 5757

 

Homo palmette déambule dans les coursives et photographie des curiosités pour une identification ultérieure.

 

Astree chateau 280413 IMG 5777

 

La cassure forme une paroi verticale de peut-être 8 m de haut. Les cales à l’avant sont écroulées et ça fait un long chemin jusqu’à la proue. Cette fois encore, nous irons sur la poupe.

 

Astree cassure IMG 5784

 

Le banc d’anthias de la veille semble n’avoir pas changé de quartier : il est encore à l’angle tribord avant du château.

 

Astree flanc tribord IMG 5803

 

Fin de la visite sur la poupe.

 

Astree poupe IMG 5854

 

Dommage que nous n’ayons pas eu plus de lumière. Mais ne nous plaignons pas, nous avons eu deux jours de suite beaucoup de chance. Avec cet hiver jouant les prolongations, à quelque chose malheur est bon…

Par Homo palmus - Publié dans : épave
Ecrire un commentaire - Voir les 4 commentaires
Jeudi 9 mai 2013 4 09 /05 /Mai /2013 06:20

 

 

L’hiver s’attarde. La météo n’est pas très agréable. Il fait frais, le vent souffle et la pluie menace sur une mer qui moutonne un petit peu. Il faut être motivé pour sortir plonger. Mais on le sait, c’est parfois dans ces conditions que ça vaut la peine de descendre sur les épaves de la région. Dès les premiers mètres, tout se calme dans une eau plus bleue qu’on aurait pu s’y attendre. Beaucoup plus bas, l’Astrée repose au calme. Nous sommes seulement 4 et l’épave se dévoile comme rarement pour nous.

 

Astree chateau 270413 IMG 5714

 

L’Astrée a cette particularité d’être l’épave qui conserve presque tout un niveau du château en bon état, ceinturé de coursives, où il est facile de déambuler.

 

Astree claires voies 270413 IMG 5713

Astree chateau babord 270413 IMG 5644

La fonction de certains recoins est facile à deviner.

 

Astree wc 270413 IMG 5650

 

Ces dernières années, c’est l’avant du château qui a le plus souffert, au bord de la cassure provoquée par le torpillage en 1944.

 

Astree avant chateau 270413 IMG 5633

 

A l’angle de la coursive tribord, nous traversons un banc d’anthias.

 

Astree coursive tribord 280413 IMG 5630

 

En poursuivant, nous survolons les fourneaux de la cuisine. Pour cette fois, nous profitons du paysage et nous n’irons pas voir si un poulpe ou un congre y loge comme souvent.

 

Astree cuisine 270413 IMG 5736

 

Nous avons fait le tour du château. L’ouverture de la salle des machines donne au-dessus de la première des deux cales sur l’arrière, béante.

 

Astree-280413 5656 Astree 280413

 

Direction la poupe. Entre les deux cales, le pont s’est affaissé. Un segment du mât est tombé à côté des treuils pour les manœuvres de chargement.

 

Astree entre les cales IMG 5660

 

Nous voici enfin à la dunette. La forme curieuse de l’accès à l’intérieur montre qu’il y a eu un léger affaissement ici aussi.

 

Astree dunette 270413 IMG 5691

 

Il n’y a pas beaucoup de désordre sur la dunette, à part des paquets de cordages et des lambeaux de filets qui paraissent déjà anciens. Comme sur le Saint Lucien, une partie du système d’action du gouvernail est visible.

 

Astree dunette 270413 IMG 5678

Astree dunette 270413 IMG 5681

La visite s’achève. Durant les paliers, le plaisir de Sam et de François est plus que perceptible.

 

Astree paliers 270413 IMG 5743

 

C’était une très belle plongée sur cette épave si rarement aussi dévoilée. Nous ne pouvons pas ne pas revenir au plus vite. Sait-on jamais, même si demain la visi est moitié moins bonne, ça vaudra encore le coup d’aller voir…

Par Homo palmus - Publié dans : épave
Ecrire un commentaire - Voir les 6 commentaires
Jeudi 2 mai 2013 4 02 /05 /Mai /2013 06:20

 

La tram souffle, les stagiaires N3 doivent travailler au-delà de 20 m et il y a quelques autonomes volontaires pour une explo. Que faire pour contenter tout le monde ? Les épaves sont éloignées, profondes, très exposées et à la côte, la profondeur va manquer. Posée sur 28 m, non protégée mais proche de la côte, la péniche peut être un site consensuel.

 

Ce bateau a été coulé il y a presque une trentaine d’années pour devenir un récif artificiel en compagnie d’autres lamparos, de pieux anti-chalutage et de structures en bétons pour favoriser la colonisation sur ce fond de graviers. Cette histoire est très bien racontée par l’un des principaux maîtres d’œuvre de ce projet :

http://www.chez-yanis.net/post/2012/09/29/SOR link

http://www.chez-yanis.net/post/2012/09/29/Daurades link

 

Que reste t-il de cette péniche ? Depuis le milieu des années 90, la corrosion a percé des trous dans les tôles à la proue.

 

peniche proue 270413 IMG 5614

 

Le treuil est solide et bien encroûté.

 

peniche treuil 270413 IMG 5615

 

La longue cale est toujours pleine de son lest de poteaux en béton. De la partie supérieure de la cabine, il ne reste presque rien. Il est toujours possible d’y accéder par la cale et de sortir vers le haut.

 

peniche cabine 270413 IMG 5612

 

Juste derrière, en descendant à la poupe, le safran est encore en partie visible.

 

peniche safran 270413 IMG 5607

 

Ce n’est pas la plus spectaculaire des épaves de la région. Mais, selon la période, la biodiversité peut être variée, surtout les nudibranches : godives orange, flabellines mauves, doris marbrées, doris géantes.

Les autres petits bateaux ont été ravagés par les chaluts. Certaines structures de béton l’ont été également. Dans quel état sont les autres ? Il faudrait aller voir. Les flancs de la péniche sont couverts de filets brisés. Ce qui aurait pu être un site de recrutement et de développement de la faune, profitable ensuite à tous, n’a pas été respecté. Considérer un récif artificiel comme un empêcheur de ratisser comme on veut où on veut n’est ni une indication d’une grande intelligence, ni un signe de respect pour le monde dans lequel on vit.

Par Homo palmus - Publié dans : épave
Ecrire un commentaire - Voir les 7 commentaires
Jeudi 18 avril 2013 4 18 /04 /Avr /2013 06:18

 

Après une très longue trêve hivernale, l’Ariégeois est redescendu de sa montagne avec son pelage d’hiver. Il était attendu par les habitués qui auraient aimé qu’il soit là plus tôt et avec son nouveau bimoteur-tout-confort. Mais la bête (pas l’Ariégeois, le bimoteur) a encore besoin d’un peu de préparation pour prendre son service. Ce samedi matin, c’est donc encore le Belize qui était à quai pour embarquer des amateurs d’épaves.

 

bananier-130413 5488 130413 port argeles

 

Beau temps, mer calme. Le Canigou enneigé en toile de fond, nous partons pour l’Alice Robert.

 

bananier-130413 5490 130413 argeles et canigou

 

La température est fraîche pour la saison, tout juste 12°C. L’eau est un peu laiteuse, baignant l’épave dans une brume bleu-vert peu épaisse sur la partie avant du Bananier.

 

bananier-130413 5497 Alice Robert 130413 canon tribord

 

Sur le canon à bâbord, une langouste a pris ses habitudes depuis quelques semaines.

 

bananier-130413 5543 Alice Robert 130413 langouste

 

Le solide câble qui écrasait le château a bougé. Peut-être qu’en l’affaissant, il s’est trouvé moins tendu et qu’il s’est déplacé. Les dégâts sont importants : coursive écrasée, atelier proche de l’écroulement et tourelle portant le double canon penchant sur tribord.

 

bananier-130413 5515 Alice Robert 130413 double canon

bananier-130413 5511 Alice Robert 130413 double canon

L’accès à la cuisine est bloqué sur bâbord à la suite de la dégradation de l’extrémité de la coursive.

 

bananier-130413 5514 Alice Robert 130413 coursive écroulé

 

C’est tout ce côté qui s’écroule vers l’intérieur. Des deux bossoirs qui étaient encore dressés, celui qui est le plus en arrière est courbé sur son pont effondré. L’autre bossoir n’est pas encore affecté.

 

bananier-130413 5536 Alice Robert 130413 bossoir

 

Heureusement, le mât est toujours là. Toutefois, le pont autour de la deuxième cale s’est écroulé côté bâbord.

 

bananier-130413 5544 Alice Robert 130413 mat

 

Nous remontons le long de cette grande flèche. Au sommet, une grosse huître est complètement couverte d’anémones bijoux éclatantes.

 

bananier-130413 5554 Alice Robert 130413 corynactis

 

Les dégradations subies cet hiver par la vénérable épave de l’Alice Robert sont très importantes. L’épave est devenue plus que jamais extrêmement fragile en bien des endroits. Sachant la fréquence élevée à laquelle les pêcheurs cassent leurs filets chaque année, je crains que 2013 s’annonce comme une année difficile pour le Bananier…

Par Homo palmus - Publié dans : épave
Ecrire un commentaire - Voir les 7 commentaires

Présentation

Syndication

  • Flux RSS des articles

Recherche

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés